jeudi 29 avril 2010

Ouvrir la main

.


Les mots glissent sur le fil de l’écriture et s’incrustent sur la stèle du vide… de ce vide si plein des syllabes de la vie… Il suffit d’une main… pour caresser la pluie, retenir le frisson… engendrer le verbe et l’offrir au monde… et aimer... aimer... et encore aimer...

Et le rouge s'agite... dans les veines, dans le cœur, dans le ventre, sur les lèvres et dans l’œil en fleur... en un cri de révolte et de rébellion, en un cri d’amour et de folle passion ... pour fuir la morale, et l'ordre établi qui n'a plus de sens et n’a plus de vie, n’a plus d’élégance, ni de fil ami ... se sauver très loin et défaire... et défaire... et défaire sans fin… cet ordre établi…

Il faut le chanter… et le respirer… embrasser le ciel, tirer la ficelle et sauter la haie… de l’autre côté… et s’enivrer de la rosée … la boire, la déguster jusqu’à la lie, à petites gorgées, dans le matin couleur pétale… et faire glisser le tendre archet de nos rêves dorés sur les cordes de la nuit … pour qu’enfin naisse un hymne à la vie…

Sur tout ce qui bouge … sur tout ce qui vit… sur tout ce qui germe et tout ce qui rit… sur tout ce qui doute et tout ce qui sait… sur tout ce qui vient… sur tout ce qui va… sur tout ce qui pense et sur tout ce rien… sur tout ce qui tisse la trame des amis… et tout ce qui reste sur le bord du lit… et tout ce qui meurt au fil du temps… et tout cet amour, ce respect contenu et ce don de soi pour les bien venus… embellir la vie et puis les chagrins… de poudre d’étoiles et d’or en écailles…


(peinture : Harmonie rouge bleue et noire / Nicolas de Staël)

5 commentaires:

arlettart a dit…

Etrange .....je suis restée hier en arrêt un grand moment devant cette toile de Nicolas de Staël à Marseille au Musée Cantini Il y a des coincidences.....

Anonyme a dit…

Ce don, authentique et généreux, me semble être la seul lumière de notre vie. Frederique

sido a dit…

Que de belles évocations par les mots, Maria, autant que par le rouge de la toile dont ils traduisent les mille facettes, les mille subtiles sensations, émotions.
Que j'aime "l'archet de nos rêves dorés, la poudre d'étoiles ,et le matin couleur pétale" ! c'est superbe, vibre, et l'on voit, regarde, autrement l'ordre desétabli de la toile...

Merci pour Bachelard, qui était resté quelque part dans les souvenirs de l'heureux temps de la jeunesse

camille a dit…

Je suis passée hier, et je reviens aujourd'hui. Je ne sais comment dire mon amour à cette main ouverte, la votre très certainement.
Merci pour votre générosité, que les anges vous accompagnent.

Jean a dit…

"... sur tout ce qui vit… sur tout ce qui germe et tout ce qui rit…"
J'adore !
Pour moi, c'est l'essence de la philosophie .