vendredi 10 décembre 2010

J'ai rêvé la mer

.




Cette nuit
J’ai rêvé la mer

La mer venait me lécher les mains
à l’abri d’une crique

Plus jamais la mer

Serait-ce plus vrai
de l’avoir rêvée
de l’avoir touchée

Ma mère immortelle
où baignait mon corps

La mer éternelle
où immerge le chant …
Le chant des sirènes

Plus jamais la mer

De l’avoir rêvée
je ne sais plus si …
Si c’était un rêve

Plus jamais la mer

Que ce grondement
de la houle en hiver

J’ai rêvé ma mère

.





10 commentaires:

Gérard Méry a dit…

je vais aller rêver de la mer, c'est l'heure Jamais déçu dans tes choix musicaux

camille a dit…

"Son regard est pareil au regard des statues,
Et, pour sa voix, lointaine, et calme, et grave, elle a
L'inflexion des voix chères qui se sont tues."

Verlaine


En pensée avec vous

michel, à franquevaux. a dit…

Partons en barque sur la mer
Pour passer la nuit aux étoiles.
Vois, il souffle juste assez d'air
Pour gonfler la toile des voiles.

Le vieux pêcheur italien
Et ses deux fils qui nous conduisent,
Écoutent, mais n'entendent rien
Aux mots que nos bouches se disent.

Sur la mer calme et sombre, vois :
Nous pouvons échanger nos âmes,
Et nul ne comprendra nos voix
Que la nuit, le ciel et les lames.

Paul Bourget.

http://www.youtube.com/watch?v=EZ0b-eHoVHo

L'horizon chimérique:

http://www.youtube.com/watch?v=iYAIx6EgwmU

J... a dit…

" Et la mer et l'amour ont l'amer pour partage

Et la mer et l'amour ont l'amer pour partage,
Et la mer est amère, et l'amour est amer,
L'on s'abîme en l'amour aussi bien qu'en la mer,
Car la mer et l'amour ne sont point sans orage.

Celui qui craint les eaux qu'il demeure au rivage,
Celui qui craint les maux qu'on souffre pour aimer,
Qu'il ne se laisse pas à l'amour enflammer,
Et tous deux ils seront sans hasard de naufrage.

La mère de l'amour eut la mer pour berceau,
Le feu sort de l'amour, sa mère sort de l'eau,
Mais l'eau contre ce feu ne peut fournir des armes.

Si l'eau pouvait éteindre un brasier amoureux,
Ton amour qui me brûle est si fort douloureux,
Que j'eusse éteint son feu de la mer de mes larmes. "

Pierre de MARBEUF

♥♥♥

ulysse a dit…

Maria la mer est en nous car c'est notre lointain berceau....

maria-d a dit…

@ Gérard... il n'y a pas d'heure pour les rêves


@ Camille... "des voix chères qui se sont tues", mais qui nous restent intactes dans le coeur de l'oreille.


@ Michel... Très beau, merci... merci, si Beau.


@ J... Très beau, je suis gâtée today ♥


@ Ulysse... oui, vous avez mille fois raison, "c'est notre ancien berceau", nous en avons gardé les empreintes et parfois elles sont tellement présentes qu'elles nous transportent très loin en un temps ancestral.

Neyde a dit…

Je voulais ma mère
au bord de la mer
avec ses doux yeux
et ses mains d'amour
je voulais ma mère
son sourire
ses mots
je voulais ma mère
au bord de la mer
Mes larmes coulent
et se mêlent à l'eau salé
je voulais ...

Frederique a dit…

Dans l'amertume je me faufile
et rêve encore du doux ourlet.

maria-d a dit…

@ Neyde...

Je voulais le sel
du bord de la mer
Je voulais les larmes
du coeur de ma mère

merci amie


@ Frederique...

Le doux ourlet
qui se faufile
dans l'amertume
du rêve d'hier

Bonne nuit

noel a dit…

tres beau cliché et texte
bravo