mardi 14 décembre 2010

Se taire, écouter et respirer

.




Se taire

et griffer le dos des mots
les lacérer et les broyer
les modeler … les remodeler
et les sculpter

Papier de cœur et peau de fleur
Papier gommé pour les rancœurs

Et dire enfin l’invraisemblable
les mots abcès … les mots défaits
les mots percés … les mots cachés

Tout ce qui pousse parmi les herbes
et puis les cœurs dévoyés

Griffer les mots, les remodeler
écrire sans fin sur les sentiers

et puis se taire le cœur comblé








(Peinture : Ecriture / maria-d)

15 commentaires:

jjd a dit…

Les choses essentielles

Nous voilà avec leur beauté

Qui n’existe ni ne préexiste

Mais qu’il faut forger

"griffer broyer modeler"...

et puis se taire

Gérard Méry a dit…

Un bel exercice que de décortiquer les mots et d'aller y chercher ce que l'on ne trouve pas en surface, ta peinture nous y conduit

Gilbert Pinna, le blog graphique a dit…

Et ce chant d'herbes sèches.

gmc a dit…

ENTRELACS

Ensemencer le vent
Féconder les comètes
Laisser transpirer les galaxies
Dans un frisson d'extasy

Caresser le vent
Comme l'érection d'un geyser
Dont les spores inondent
La nuit de leurs senteurs

Boire le vent
Dans un calice
Et faire germer
L'hypothèse d'un lys

http://www.deezer.com/listen-1054635

camille a dit…

Les mots sont de l’argile, que l’on triture, que l’on pétrie, que l’on évide, que l’on ajoute par pincées, que l’on rabote, et l’on modèle et remodèle à volonté, jusqu’à en obtenir " la Chose " la plus juste, la plus proche de ce que l’on est. Les mots comme l’argile sollicitent le contact et la plasticité de l’âme.
Et vous avez raison il faut du silence, de l’attention, de l’écoute, tout est histoire de respiration, cette respiration vitale qui libère de l’essoufflement.

Bonne soirée Maria-D

Frederique a dit…

Comme en musique, respirer profondément pour mieux entendre et mieux s'entendre.

jeandler a dit…

A l'épreuve du gueuloir de Flaubert
les mots modelés dans la bouche
la langue les triture
sur les lèvres s'épanouissent

maria-d a dit…

@ Dorio...

L'essentiel se forge
à la sueur du Beau
les choses n'existent
que par la vie qu'on leur donne
On griffe, on broie, on sculpte
en silence et bonté et générosité

merci ami poète


@ Gérard...

L'art c'est justement d'aller au coeur des choses "rendre visible l'invisible"... n'est-ce-pas, et cela tu le sais bien.
amitié Gérard.


@ Gilbert...

merveille, lorsque ne reste plus que l'extrait... cette substance infime qui dit tout...
merci pour vos regards ici et là


@ gmc...

Le vent fécond
des comètes
et des galaxies
Extasy des frissons
entrelacés

Le vent en érection
des geysers
et des nuits
Senteurs des caresses
inondées

Calice
de lys
Germe
du vent

Délices

merci à vous poète de talent


@ Camille...

Comment ne pas être en accord avec vous chère Camille... vous dites avec justesse ce qu'est l'acte de créer.
Travaillez-vous l'argile pour en parler avec tant de justesse ?
merci pour votre présence fraternelle .
Juour beau à vous


@ Frederique...

Être à l'écoute du rythme, la respiration, la musique intérieure de l'être pour enfin être plein et donner à voir et à entendre
Belles pensées vers toi.


@ Jeandler...

Oh ! Beau Jeandler...quelle belle synthèse.

Bouche plasticienne
Langue sculptrice
Lèvres écloses

colette a dit…

la rude et belle épuration du langage !

Gérard Méry a dit…

...donc je me tais, j'écoute...je respire..

maria-d a dit…

@ Colette...

Rude, éprouvant, épuisant, parfois décourageant... mais quelle plénitude une fois arrivée

merci Colette pour ton passage


@ Gérard... tout à fait Gérard, dans les arts que tu pratique je suis sûre que tu le fais ainsi... ;-)

Gérard Méry a dit…

oui d'ailleurs je vais peindre cet aprèm..

michelgonnet a dit…

Voilà la halte qui me va "bien au coeur"ce jour.
Il se dira que c'était un des chemins pour venir vous saluer Madame.
Que l'Ombre native et la Lumière échappée de sa tendresse pour l'humanité se plaisent longuement encore dans votre maison.

maria-d a dit…

@ Vous Michel

Je vous salue Monsieur avec un flocon de neige si doux, si tendre pour rafraîchir les coeurs...
je vous salue Monsieur en ce dimanche tendre où les flocons illuminent mon coeur

dourvac'h a dit…

Les mots... me suis amusé à remodeler l'argile des tiens...

... "les modeler … les remodeler
et les sculpter" sur notre "papier de cœur", chercher la "peau de fleur" au coeur des "mots cachés" : "tout ce qui pousse parmi les herbes"... Savoir "écrire sans fin sur les sentiers" "et puis se taire le cœur comblé"...

... n'en ayant repris que le plus lumineux... Me le pardonneras-tu ? ... Bises et bonnes fêtes aussi à toi, Maria !!!