mardi 24 mai 2011

Épreuve

.




____________________J’écris _____ je peins l’épreuve
____________________des pauvres gens ___ des dévoyés
____________________des oubliés de toutes
____________________espèces
____________________ceux qui n’ont rien
____________________qui n’ont jamais
____________________entrevu la lumière
____________________sur le chemin
____________________qui l’ont perdue
____________________tenue éphémèrement entre leurs mains
____________________ceux qui n’ont jamais connu
____________________le bonheur d’un cœur ouvert
____________________des mains tendues
____________________et du partage
____________________et la ferveur d'une terre d'accueil
____________________ceux qui n’ont jamais su
____________________qu’ils étaient rois
____________________sur cette terre

____________________les miséreux ___ nécessiteux

____________________ceux qui jamais
____________________ne fouleront la terre promise
____________________ceux ___ chassés ___ pourchassés
____________________broyés sous les pierres insulaires
____________________ceux ___ mes frères
____________________ces solitaires à la dérive
____________________dans des mers froides aux eaux profondes
____________________et bandes côtières _____ inhospitalières

____________________sur des chemins chargés d’épines

____________________rompus ___ et corrompus
____________________l’âme brisée
____________________sous les injures
____________________les yeux hagards
____________________bouche de pierre
____________________sèche et aride

____________________bras arrachés par tant de peines
____________________et de chagrins portés ___ tenus
____________________sans que jamais l’amour ne sonne
____________________sans que jamais la vie résonne
____________________au creux d’une main goutte de vin et mie de pain
____________________Eucharistie ___ le cœur de l’homme

____________________la mort rôde
____________________la mort ronge
____________________la vie s’en va
____________________rouleaux de sable
____________________lanières du spectre
____________________sur cette page







(Peinture : maria-d)



.pour J..., Kaïkan et les autres





16 commentaires:

michel, à franquevaux. a dit…

Il est nécessaire de s'engager, bravo.

Anonyme a dit…

Seigneur, la foule des pauvres pour qui Vous fîtes le Sacrifice
Est ici tassée, parquée, comme du bétail, dans les hospices.
D’immenses bateaux noirs viennent des horizons
Et les débarquent pêle-mêle sur les pontons.
Il y a des Italiens, des Grecs, des Espagnols,
Des Russes, des Bulgares, des Persans, des Mongols.
Ce sont des bêtes de cirque qui sautent les méridiens
On leur jette un morceau de viande comme à des chiens.
C’est leur bonheur à eux que cette sale pitance.
Seigneur, ayez pitié des peuples en souffrance.

Blaise Cendrars

if6 a dit…

magnifique texte Maria
merci pour ces paroles qui remuent beaucoup
le texte de Cendrars est aussi un écho douloureux
c'est avec ce que nous avons en nous que nous pouvons aller vers les autres, plutôt que de toujours se plaindre et ne s'occuper que de soi. C'est difficile d'arriver à cet état. Bonne journée Maria :)

camille a dit…

Un texte fort et beau
parlant, criant
un beau texte, oui, renforcé dans sa beauté par une peinture sublime et une musique qui dit parfaitement bien ces êtres dont le monde oublie qu'ils sont des humains, nos frères comme vous dites.

avec toute ma reconnaissance et mon respect chère Maria-D

Laura a dit…

Emouvant et interpellant tant le texte que la peinture. Merci.

jeanne a dit…

touchée Maria
je suis touchée
émue

amitiés

Frederique a dit…

Je viens de comprendre ce que sont les calvaires postés sur les chemins.

J... a dit…

Oui, bien sûr,
c'est dit, c'est fait
c'est écrit, c'est peint
Je te reconnais, je te reconnais bien
et je t’♥ à l’∞ pour celà

http://www.dailymotion.com/video/xes1k2_va-vis-et-deviens_news

Gérard Méry a dit…

Rouge et mots de révolte, j'aime ton poème. Ta peinture aussi avec ses personnages style Giacometti

oxymore33 a dit…

La peinture est superbe : rouge et ombres, je ne peux qu'apprécier ce vivant des preuves...

Bien à vous

Alain G

Kaïkan a dit…

Je les côtoie aussi et ... quelle richesse intérieure à réveiller, à révéler, à laisser germer ... Rires et pleurs au rendez-vous mais surtout grande leçon de vie ;-))
Et tu sis, au marché aux souvenirs, je suis allée, le poème de Prévert en tête ;-))
Coup de foudre pour le morceau de musique qui accompagne ton post, j'en ai les larmes aux yeux ;-))

maria-d a dit…

@ Michel ... merci pour le mot : "engagement", j'aime ce mot, et le pratique...



@ Anonyme ... je connais bien, voire très bien ce texte, surtout la dernière strophe que j'ai peinte pour Amnesty International

"Seigneur, je rentre fatigué, seul et très morne...
Ma chambre est nue comme un tombeau...

Seigneur, je suis tout seul et j'ai la fièvre...
Mon lit est froid comme un cercueil...

Seigneur, je ferme les yeux et je claque des dents...
Je suis trop seul. J'ai froid. Je vous appelle...

Cent mille toupies tournoient devant mes yeux...
Non, cent mille femmes... Non, cent mille violoncelles...

Je pense, Seigneur, à mes heures malheureuses...
Je pense, Seigneur, à mes heures en allées...

Je ne pense plus à Vous. Je ne pense plus à Vous."


et ici pour le lire et l'entendre en entier :

http://wheatoncollege.edu/academic/academicdept/French/ViveVoix/Resources/paquesanewyork.html


merci chère Anonyme




@ if6 ... allez vers les autres nous pouvons toujours, tendre une main, ouvrir un coeur, porter un regard et tant et tant si petit si petit soit le geste il est immense pour celui qui le reçoit... je t'embrasse



@ Camille... j'ai eu la chance dans la vie avec les miens, d'avoir face à nous des mains tendues, des coeurs ouverts... j'ai eu la chance, j'ai eu la chance...



@ Laura ... merci je suis touchée, car cela veut dire que j'ai su dire ce que je voulais dire... merci



@ Jeanne... c'est que j'ai tapé juste alors, l'acte qui suit est important, il ne suffit pas de s'indigner et s'apitoyer, il faut l'acte... merci Jeanne amitié



@ Frederique... il n'est jamais trop tard pour apprendre, même que l'on apprend très tard ce qu'il nous faut apprendre et c'est très bien ainsi... je t'embrasse



@ J'... Corazón ......... ;-)))



@ Gérard... les personnages de Giacometti et le personnage Giacometti m'effrayaient lorsque j'étais enfant... j'ai beaucoup cheminé et oeuvré, pour distancer tout ceci, aujourd'hui il est mon artiste de référence... (entre autres)



@ oxymore... merci beaucoup pour l'appréciation, quant aux preuves elles ne suffisent pas toujours
merci pour la visite et à bientôt une contre-visite



@ Kaïkan ... oh ! oui le marché n'est-ce pas "pour toi mon amour" ... la musique cela ne m'étonne pas, je ressentis la même chose lorsque je l'entendis pour la première fois (et les autres fois) il faut voir le film Kaïkan, il faut voir le film ... J... nous a mis un lien... je te le mets en page...amitié




>>>>> a vous tous grand merci pour ce partage... pour cet engagement qui me tient tant à coeur... tant à coeur...

Maïté/ Aliénor a dit…

Êtres et ombres.
Les ombres sont-elles plus grandes que les êtres?Hommes-échasses. Hommes- Giacometti. Hommes tendus vers le meilleur du cœur de l'homme.
Mais partout la flamme à la lampe éclairant le sable, éclairant la pyramide d'où sourd la vie, envers et contre tout.
Sublime

Gérard Méry a dit…

je me doutais bien

maria-d a dit…

@ Maïté ... Savez-vous que sous cette peinture il y en a une autre, une maternité, qui ne me plaisait pas vraiment et fut recouverte par celle-ci, les ombres en sont... merci Maïté



@ Gérard ... You're the best

Kaïkan a dit…

Merci Ma maria ;-))