jeudi 15 septembre 2011

Mots simples

.
________________pour Dorio






_______________Mots simples et figurés
_______________anathème du poème
_______________livre ouvert et langue gelée
_______________dans les têtes encore frêles

_______________Mort magique et magnifique
_______________mâchoire aux dents acérées
_______________croquant la vie et la parole
_______________traitement de textes obstiné

_______________Histoire de dire et de se taire
_______________la poésie est un mystère

_______________mots craquelés et enneigés
_______________pages déchirées et libertaires


_______________La vie la mort les mots entiers
_______________des livres frêles aux pages rognées
_______________mâchoires ouvertes et craquelées
_______________poèmes de neige les dents serrées










(Encre : maria-d)

10 commentaires:

brigetoun a dit…

poésie dit la réalité, et en étant proche la magnifie

jj dorio a dit…

Pour MARÍA-D qui a, chose très rare, besoin de poésie pour simplement vivre, cet ACROSTICHE écrit hier en visitant l'exposition du musée Paul Valéry dédiée à ce peintre précieux, né "José González Pérez" à Madrid le 23 mars 1887, mort à Paris le 11 mai 1927 et qui se fit appeler - à chacun de chercher pourquoi - JUAN GRIS.


J eux de miroirs
U n violon Un couteau Un encrier
A vec LE LIVRE souverain
N ouant le présent au passé

G uitare marron olive
R eprésenter le monde
I maginer ses métaphores vives
S aisir dans le moindre objet SA POÉSIE


jjd
Sète 14 sept
Martigues 15 sept
2011

pierre a dit…

Les mots ne meurent jamais
ils ne sont qu'oubliés

François a dit…

Allégories et métaphores sont les mots de l’artiste.
Votre travail à l'encre est sublime.

Frederique a dit…

Les mâchoires serrées grincent, cisaillent les mots dont s'extirpent quelques syllabes que je retrouve ici.

jeanne a dit…

quelques fois les mots m' arrivent
je ne sais d'où
d'un endroit de ma mémoire
parfois ils coulent ils étaient là
parfois me surprennent
indispensables
j'aime les tiens

mémoire du silence a dit…

@ brigetoun ... une histoire de magnificence donc !!!


@ jjDorio ... un nom digne d'un grand d'Espagne : José Victoriano Carmelo Carlos González-Pérez... un nom pareil on n'a qu'une envie, celle de le raccourcir un peu.
Juan Gris le Prince du cubisme



@ Pierre ... on les oublie, et au détour d'une page ils nous reviennent en mémoire


@ François ... je dirais qu'il sublime... j'emploierais le verbe et non l'adjectif... merci pour vos mots


@ Frederique ... syllabes raccommodées... le raccommodage est tout un art... souvenez-vous ces tissages dans lesquels excellaient nos mères et nos grands-mères


@ Jeanne... les mots sont peu de choses en fait, si petits qu'ils se glissent dans toute interstice ... parfois ils se perdent, se cachent, s'endorment ou s'assoupissent, parfois ils s'accolent et ressurgissent comme rivière souterraine

Kaïkan a dit…

Des mots qui dansent à l'encre dialogue ;-))

Gérard Méry a dit…

Une musique dans ton texte maria

maria-d a dit…

@ Kaïkan ... le dialogue c'est bien de cela qu'il s'agit face à la feuille, la page ou la toile... le dialogue

abrazito hermanita



@ Gérard... Oh! lala, me voila musicienne ... comme j'aurais aimé cela... merci Gérard