vendredi 14 octobre 2011

Sueño

.




_______________________Sommeil englouti
_______________________de la roche altérée


_______________________Alluvion minérale


_______________________Signes inorganiques
_______________________en l’éternel repos
_______________________des matrices de la terre


_______________________Mots oubliés
_______________________affleurant __ en écorce



_______________________Palabras de sueño de olvido
_______________________como gritos




(Encre : maria-d)

9 commentaires:

O a dit…

Du limon de la terre nait la poésie.

brigetoun a dit…

et l'espagnol pour emporter le rêve

François a dit…

"Antonio s'adossa à un fayard. Près de son oreille, il entendit un petit sifflement. Il toucha avec son doigt. C'était la sève qui gouttait d'une fente de l'écorce."

Jean Giono

ulysse a dit…

Oui maria vous avez raison, les pierres rêvent, je le sais j'ai été pierre dans une autre vie...

Maïté/ Aliénor a dit…

Un poème qui se lit aussi bien dans le sens où vous le donnez qu'en partant de la fin: et il fait toujours sens.
La matrice comme mémoire.
Et j'aime la flamme de votre illustration.

Gérard Méry a dit…

Alluvion minérale pour le titre de ta peinture

Neyde a dit…

palabras de sueño son todas tus palabras, Maria.

michel, à franquevaux. a dit…

Son gritos
en el cielo.

En el cielo,
roches, sommeil :
son gritos.

Son gritos:
sommeil, roches :
en el cielo.

Son gritos
en el cielo.

mémoire du silence a dit…

@ O... de la fange nait la Parole


@ brigetoun... au tréfonds des limbes maternelles


@ François ... merci beaucoup pour cet écho, dans quel roman est-ce, je ne me souviens plus ?


@ Ulysse... alors, peut-être nous sommes nous rencontrés, je comprends mieux pourquoi vous savez si bien les faire parler...;-)


@ Maïté... merci beaucoup, j'aime cette idée de "double sens"..."le sens", "le faire sens" est mon dada


@ Gérard... merci, car je suis très nulle pour donner des titres


@ Neyde... y de gritos
un abrazo fuerte


@ Michel de Franquevaux...
merci beaucoup pour cette belle déclinaison.



>>>>>>>>>>>>>> à vous tous beau dimanche