jeudi 15 décembre 2011

Je ne vois plus

.




_______________Je ne vois plus
_______________la fenêtre du jardin
_______________à l’heure bleue
_______________où les oiseaux s’ébrouent
_______________et glissent sous les feuilles

_______________Je ne vois plus
_______________les nuages de coton
_______________qui brisent les orages
_______________et s’essorent
_______________dans le ventre des moissons

_______________Je ne vois plus
_______________cette main qui se pose
_______________sur la nuque du soir
_______________et fait place au miracle
_______________d’une étreinte attendue

_______________Je ne vois plus
_______________cette pierre qui brûle
_______________la gorge de la terre
_______________instant rouge
_______________à la langue de feu

_______________Je ne vois plus
_______________le visage du désir
_______________sa peau blanche de lait
_______________épiderme de rose
_______________et l’or de la blessure






(Peinture : "Goutte d'or sur du velours" / maria-d)

13 commentaires:

michel.chalandon@aliceadsl.fr a dit…

Nous ne voyons plus,
vous reverrez, n'est-ce pas ?

Kaïkan a dit…

Et cette cécité n'a de cesse d'entrouvrir les paupières de l'âme ... Juste encore un peu d' errance en ce noir de la perte ,,, puis doucement, retourner le regard en dedans ...

jeanne a dit…

moment aveugle
moment de nuit
qui va se terminer pour un moment
dans la lumière
bleue
des désirs
de tous les désirs

Pat a dit…

Revoir par le temps le passé de notre âme et par le vent ouvrir le grand livre des songes ...

camille a dit…

Vous ne voyez plus, mais vous avez vu
et tout est là, en vous, intimement lié à vous
vous vivez ces choses
vous êtes au-delà du "voir"

merci chère Maria-D

Maïté/ Aliénor a dit…

Ne plus voir mais voir encore même à travers le rideau de l'intériorité.
Ne plus voir mais savoir la présence, se souvenir du goût des choses, du sens des élans.
Quel beau texte Maria-D. Comme vous savez bien dire la trame et les sens de la vie.
Je m'abreuve.

ulysse a dit…

Oui parfois le monde devient gris le monde devient noir ....puis soudain naît dans le lointain une lueur d'espoir !

Gérard Méry a dit…

Ce que je vois..ta peinture magnifiquement sensuelle

maria-d a dit…

@ Michel…
Nous voyons n'est-ce pas ?



@ Kaïkan … ce regard intérieur qui ouvre les yeux de l’âme



@ Jeanne … le désir, cette chose étrange qui nous échappe et nous saisit sans cesse



@ Pat … les grands vents d’ aujourd’hui effeuillent les livres



@ Camille ... "au-delà du voir"… qu’est-ce ?
Si c’est s’approcher au plus près de la beauté, de l’amour, alors oui !



@ Maïté… merci Maïté pour : "se souvenir du goût des choses"



@ Ulysse … "L'espoir luit comme un brin de paille dans l'étable."
Verlaine



@ Gérard… sensuelle est un mot que j'aime et qui me va... merci

Estourelle a dit…

Une goutte d'or sur du velours
une blessure au point du jour
Les yeux s'ouvrent
au bout des mains

michelgonnet a dit…

Et voilà, encore bouleversé par l'écriture et le dessin qui l'accompagne, c'est "malin" (rire)
Merci pour tout cela, que la lumière se plaise dans la maison de Maria.

Frederique a dit…

Tu nous mens... tu vois mais le regard est douloureux, cette goutte suspendue dit ta larme.

maria-d a dit…

@ Estourelle ... "Les yeux s'ouvrent
au bout des mains "
O^! que j'aime ces mots et comme l'image est belle, parlante... merci
"Goutte d'or sur du velours" voila un bien beau titre pour cette peinture, moi qui ne sais pas donner de titre


@ Michel ... Oui, la lumière est là rougeoyante à la couleur du feu
Vous êtes un sensible cher Monsieur...;-)


@ Frédérique ... oui, une menteuse et mentir a parfois du bon...
;-))))