vendredi 27 janvier 2012

Il a retrouvé sa joie

.




Il a retrouvé sa joie égarée sur le chemin.

Il l’a coloriée avec l’arc du ciel, embellie, il l’a portée à bout de bras… et l’a présentée au vent qui lui a caressé sa joue… cette joie retrouvée dans ce ciel aquarelle … et ce frisson dans le cou.

Les oiseaux ont chanté en canon, et lui ont mis de la joie au cœur... alors, il a posé les armes et s'est abandonné un instant dans le bonheur, le cœur léger il a séché ses larmes, dans le grand mouchoir bleu du ciel.

Il vole vers le fleuve entre les doigts du vent, la colombe le sait, que de son cœur en feu jaillira un torrent de lumière et de fièvre… et des éclats de joie… des perles d’espérance pour désaltérer ceux qui avancent … qui avancent, une fleur au bras.





(Peinture : Ne pleure plus / Yahne Le Toumelin)

14 commentaires:

Patrick Lucas a dit…

elle est très belle cette caresse
du mouchoir bleu du ciel...

jeanne a dit…

ah le bleu
il console
il colore la vie
appelle le ciel

Bruno a dit…

Par delà les tourments , le bonheur surgira ...j'aime cet appel à la lumière

François / O a dit…

La colombe et le vent
et cet arc du ciel
qui colore la joie
et essuie les chagrins

une caresse de soie
une promesse de joie

jeandler a dit…

Elle portera le vent
l'espoir fleurira
un rameau d'olivier
l'éternité

el duende a dit…

C'est une belle image que celle d'avancer la fleur au bras... En effet, aller vers les autres, s'ouvrir au monde est source de joies indicibles. On s'aperçoit alors que les autres n'attendaient que ça pour faire de même !
Bonsoir Maria.

Le Proto-type a dit…

Sur le chemin à côté de la maison de Dieu à l'heure où tous se ruent vers la table.
Il marche le long de ce si beau paysage. Il espère le côtoyer pour toujours sans entrave. Toujours sous les mêmes cieux.
L'élan des cloches le rendent euphorique, que demander de plus ?

camille a dit…

L'arc du ciel nous offre des pigments de couleurs inégalables qui nous apaisent l'âme et nous sourient dans l'oeil.

C'est tellement beau chère Maria-D
Je vous souhaite une belle journée

Anonyme A a dit…

un hymne à la joie

j'aime beaucoup s'est abandonné un instant dans le bonheur

maria-d a dit…

@ Patrick Lucas ...

« le soir, la musique des pins entre par la fenêtre.
Je sens maintenant une grande paix m’envahir, je purifie mon cœur et mes oreilles des bruits du monde.
Quand l’extase est passée, je redescends de la montagne. »

Lu Changoing (VIIème siècle)



@ jeanne ...

« Bleu subtil, captif des nuages et des brumes. »

Han Shan (VIIème siècle)



@ Bruno …
« Qui touche à la quiétude parachève tout. »

Zhuanzi (IV – IIIème siècle av J-C)



@ François / O ...

« Faîte suprême proche de la Cité céleste,
de mont s’étendant jusqu’à la mer.
Contemplés, les nuages blancs ne font plus qu’un ;
pénétrés, les rayons verts soudain s’effacent. »

Wang Wei (VIIIème siècle)



@ jeandler ...

« Le Mystère est l’ancêtre originel de la nature,
Le grand aïeul de toutes les diversités.
Ses profondeurs sont insondables :
On le nomme l’Imperceptible ;
Il s’étend à l’Infini :
On l’appelle le Merveilleux.

Ge Hong (IV siècle av. J-C)



@ el duende ...

« Mandarin de cuivre,
haut lieu de ma joie,
Mille ans j’y resterais,
sans l’ombre d’un regret.
Je danse à ma guise :
ma manche flottante
Effleure d’un coup
tous les pins des cimes ! »

Li Bo (VIIIème siècle)



@ Le Proto-type ...

« Le son des cloches des monastères au fond de mon cœur éveille des résonances »

Bashô (XVIIème siècle)



@ camille ...

« Que votre cœur soit vide et dégagé sans la moindre poussière, et le paysage surgira du plus intime de votre âme. »

Wang Yu (XVIIIème siècle)



@ A ...

« Celui qui est disponible devient le maître des fleurs et des monts, du vent et de la lune, disaient les Anciens. »

Shu Shu (XVIIème siècle)

Gérard Méry a dit…

...que se joie demeure dirait Giono

Neyde a dit…

Il me faut retrouver la joie
égarée sur le chemin
Comment faire sans lui?
Il était ma force, mon appui.
En tout cas
Je vais prendre l’arc-en-ciel
pour colorier
mon ame;
le ciel aquerelle.
me presenter
au vent
pour sa caresse,
le frisson.
écouter
Le chant des oiseaux,
sécher
les larmes,
m’abandonner au bonheur,
pour mettre de la joie au Coeur.
Peut être que jailleront
sur moi
des torrents de lumière
des perles d’espérance
Peut être!

Neyde a dit…

Chère Marie,
désolée
la fenètre s'agrandi
mais la letre ne s'agrandi pas.
Pour lire les commentaires il me faut les copier sur Word et là les agrandir!
Quelqu'un sait le truc?

maria-d a dit…

Je t'embrasse ma chère Neyde, et suis désolée de ne pouvoir t'aider plus

amitiés