mardi 29 janvier 2013

Quand j'étais enfant







               Quand j’étais enfant
               j’avais un cheval
               qui hantait mes nuits

               un secret tout bleu
               une pierre de lune dans les cheveux
               lumière venue des cieux

               Quand j’étais enfant
               au milieu des grands
               j’avais des fourmis  là  au bout des yeux

               une lumière bleue
               et au crépuscule je pleurais le ciel
               cette flamme rouge qui me transperçait

               Quand j’étais enfant
               j’étais si petite qu’on ne me voyait pas
               j’écrivais sans cesse sur les murs blancs

               des lettres   des mots et la crinière folle
               de mon cheval bleu


               Quand j’étais enfant
               je vivais tranquille
               cachée tout au fond de rêves infinis

               douce était ma vie
               fragile tache rouge  dans un pré fleuri





(Gravure : Petit cheval bleu / Emilion)
merci à Emilion pour le prêt
n'hésitez pas à aller voir son
travail plein de sensibilité  ICI

Comptine by Alexandra Streliski on Grooveshark

14 commentaires:

François le héros du jour a dit…

Doux rêve
charmante vie
enfance chérie

C'est très joli
gravure, mots, musique, tout se tient la main comme pour une ronde enfantine.

merci

if6 a dit…

j'aime quand on parle de l'enfance et tu le fais très bien

Estourelle a dit…

moi c'était un cheval blanc!

Alain Gojosso a dit…

"Tout effort est un crime, parce que toute action est un rêve paralysé" Fernando Pessoa dans Le livre de l'intranquillité.
Pourvu que cet enfant demeure...

Bien à vous et merci pour ce partage.

Neyde a dit…

Quand j’étais enfant
un petit matelot
venait me faire compagnie
pendant la nuit
Les yeux bleus
les cheveux de soleil
la robe de vrai matelot
Où est mon enfance?
Où est le petit matelot?

jeanne a dit…

des images bleues d'enfance
toi aussi si petite ?
sourire tendre

Ariaga a dit…

Je n'ai pas de mots pour dire comment cela me touche ...

maria-d a dit…

@François …

le héros c’était dimanche ;-)

Si tous les gars du monde voulaient bien se donner la main ….



@ if6 …

Peut-être parce qu’elle ne m’a jamais quittée



@ Estourelle ...

Bleu Blanc Blond



@Alain Gojossot...

En ce qui me concerne il est toujours là … au fond de moi



@ Neyde ...

Rappelle-toi c’était le 16-17 janvier 2007 que ton petit matelot rencontra mon cheval bleu chez Ossiane…. Depuis ils filent une belle amitié

abrazo



@ jeanne ...

C’est à cette période où elles sont les plus fortes



@ Ariaga ...

Je suis heureuse de voir que je ne suis pas seule… l’enfance rassemble beaucoup d’entre nous

Yanis Petros a dit…

Bonsoir Maria

Ton poème coule comme une bonne gorgée d'eau fraîche. je n'ai pas eu la chance d'avoir une douce enfance, cependant mon âme d'enfant est restée intacte.

belle soirée

arlettart a dit…

Et, galope petit cheval bleu tu sors déjà de l'image et entre dans nos rêves

michel, à franquevaux. a dit…

Des enfants sur cette terre,
ont un cheval qui rêve dans le cœur.

23 Juillet 2003.

maria-d a dit…

@ Yanis Petros ...

L'âme d'enfant est si précieuse, qu'il est bon, si bon d'en prendre grand soin jusqu'à un grand âge...
Bonne nuit Yanis



@ arlettart ...

.... et que la fête commence ...



@ michel de franquevaux. ..

"Les hommes rêvent. Je les écoute." ... ;-)
même date, même heure, même auteur.

Neyde a dit…

Chère Maria,
Je suis allée chez Ossiane - Janvier/2007
et j'ai pleuré
en lisant les mots
que j'ai déposé
après les tiens
Le Cheval Bleu et
le petit matelot
se sont rencontrés!
Et ne se sont separés
à jamais

maria-d a dit…

Je t'embrasse
ma chérie