lundi 1 avril 2013

Écrire







                Écrire sur la page 

                blanche comme neige 
                déchirer le ciel    en lambeaux 
                se coucher sous le drap encore chaud 
                regarder tomber la pluie 
                huit plis    lettres cursives 

                Écrire sur la page 
                blanche comme vierge 
                manger les lignes en morceaux 
                diluer le texte dans un verre d’eau 
                boire sa substance 
                encre rouge   vin de la vigne 

                Écrire sur la page 
                blanche comme linge 
                tirer les fils de l'étoffe en fragments
                user les mots accrochés au rideau 
                coudre les lèvres 
                points de suture   cicatrice du mot 





(Encre : maria-d)

11 commentaires:

Alain Gojosso a dit…

Mémoire du silence ?

Bien à vous et au plaisir de vous lire.

Poétiquement,

Kaïkan a dit…

Ecrire et déchirer, en ces linceuls d'instants ...
Et j'aime les mots et le point rouge déposés en accueil de cette fracture, Ma Maria ...

Frederique a dit…

Les mots sur l'autel, déversés dans un ciboire, une célébration, une communion, un partage, à boire ensemble. C'est fait, lèvres cousues et coeur ouvert.

jeanne a dit…

écrire
partager
les mots de la page
encore et encore

Patrick Lucas a dit…

et repasser les lignes
page par page
dans le sens des mots

arlettart a dit…

Ecrire pour que les mots se rejoignent et comblent le fossé de nos incertitudes

XYZen a dit…

Ecrire
Ouvrir une porte
Un autre monde

maria-d a dit…

@ Alain Gojosso …

Poésie en mémoire
Silence on lit
;-)



@ Kaïkan …

Les déchirures sont parfois de beaux départs pour une autre histoire
Merci Kaïkan à bientôt



@ Frederique …

Calice pour une célébration eucharistique



@ jeanne …

En lambeaux et morceaux un fragment pour chacun



@ Patrick Lucas…

En suivant du bout du doigt pour être encore plus près du mot



@ arlettart …

Comme une passerelle entre deux mondes

(chez vous Arlette, rien ne passe, je suis indésirable)



@ XYZen …

Fenêtre ouverte sur le monde

>>>>>>>>>> @ Vous tous venus ici, merci et amitié

renaud a dit…

Maria
Ciel en lambeaux
Lignes en morceaux
étoffe en fragments
L'écriture serait elle une défloraison et une déchirure alors qu'elle m'apparait amour, accouchement et vie ?
Quoiqu'il en soit tes mots sont pleins de sens à méditer lors d'une
nuit sans sommeil.
Amitiés.Renaud.

Gérard Méry a dit…

Tes pages ne sont jamais blanches

Maïté/Aliénor a dit…

Que j'ai plaisir à écrire ce manifeste en faveur de la belle écriture, de celle qui fait trace dans les plis de la cursive
sur la scène de votre belle encre.