dimanche 7 avril 2013

J'avais mis dans mon cœur







               J’avais mis dans mon cœur
               quelques mots d’amour
               pour t’écrire un poème
               mon amour

               Tu avais dans tes mains
               cette écriture de sable
               qui glisse entre les doigts
               et s’écrit sur la plage

                                       Il est si seul ce jour
                                       sur la page d’encre fine
                                       écrire lui fait mal
                                       son cœur se retire

                                       Elle s’endort près de lui
                                       son carnet en cuir rouge
                                       lui griffe la joue
                                                        son amour




LLoraba la niña by Paco Ibañez on Grooveshark
(Dessin : maria-d)

11 commentaires:

ulysse a dit…

tous nos écrits sont sur du sable mais l'écho des vôtres Maria perdure longtemps après les avoir lus

Frederique a dit…

Fidelité à celui, celle qui s'évanouit ; quelque part leurs sables ont fait socle, pierre sonore.

XYZen a dit…

J’avais mis dans tes mains
un poème d'amour
Mon cœur glisse entre tes doigts
Comme le sable

J... a dit…

Muy lindo y muy triste.
♥♥♥

Gérard Méry a dit…

Il était jeune Paco. Joli ton poème.

Maïté/Aliénor a dit…

quelle belle illustration! J'y vois comme une promesse de peau de pêche,
un baiser de sable et de cristal, tantôt de dune chaude, tantôt de larme de froidure.
J'y vois comme le balancier de l'horloge du temps qui s'efface comme une étoile de souvenirs.

Annick B a dit…

mettre dans son coeur
tous les secrets griffonnés du carnet rouge

Patrick Lucas a dit…

la mer efface
tous les mots
même ceux
les plus profonds

arlettart a dit…

Mais de les avoir écrit est déjà un souvenir
Sable envolé ,Page déchirée
Coeur Rafistolé

maria-d a dit…

@ Ulysse...

Comme des traces laissées par nos pas ...



@ Frederique ...

Indélébile est l’amour… … vrai



@ XYZen ...

Le sable dit le poème
glissé d’entre les doigts



@ J... ...

Triste ! no !!! dulce…
♥♥♥



@ Gérard ...

Il était jeune Paco et nous aussi Gentil ton commentaire !!!

;-)



@ Maïté...

Merci beaucoup Maïté pour cette belle lecture d’un dessin si simplement posé…



@ Annick B ...

Et les souffler vers l’être aimé ;-)



@ Patrick Lucas...

Mais un jour elle les recrache, limés, polis, usés, patinés … plus doux, et chatoyants…



@ arlette ...

et mémoire embrassée...



XYZen a dit…

Le sable dit le poème

Le vent l'emporte
A bout de souffle
perdu sur la plage
Attente improbable