mercredi 15 mai 2013

Écume des jours







               Dans le ciel un oiseau 
               une tache blanche 
               pétale à l’horizon    étoile première 
               les dents du ciel mordent l’air 
               et récurent les griffures 
               solitudes   os blanchis 
               chair des jours nouveaux 

               au commencement 
               la fin du monde et l’autre encore 
               le blanc   le noir et la couture de l’histoire 
               écume des jours 
               silence blond 
               ronde des fleurs 
               la pluie ruisselle sur le visage 
               de la marelle 
               roulis et danse du grand fleuve 

               ventre de pierre 
               flanc de montagne    poche de neige 
               un souffle s’installe sur le divan 
               il dit    ose révéler   il s’abandonne 
               pleure et fredonne ses mots d’automne 
               la voix dépose 
               ses maux de rose    rouges et souffrants


               lune de miel pour les passants 
               et dans le ciel une plume reste 
               oiseau absent 




 (Lithographie : L'oiseau devant la lune / Georges Braque)

8 commentaires:

François a dit…

Le ciel salive
une plume se pose
en analyse

Neyde a dit…

L'oiseau absent
était posé sur mon coeur
les plumes sont encore là
des feuilles à l'automne

Gérard Méry a dit…

L'oiseau poète !

arlettart a dit…

Plume de l'oiseau bleu
Plume pour écrire
les rêves blancs d'écume

Patrick Lucas a dit…

le sourire muré
dans le silence

Maïté/Aliénor a dit…

un souffle de poésie dans le regard. regarder couler le miel de la lune
et confronter le ciel à l'oiseau.

mémoire du silence a dit…

@ François ...

L’avènement d’une parole vraie, alors !
Peut-être une histoire d’amour



@ Neyde ...

Une plume caresse l’âme
et soutient la feuille enchantée

un abrazo amiga mia



@ Gérard ...
L'oiseau lyre !!! ;-)



@ arlettart ...

Plume blanche d’écume
encre bleue des îles
pour écrire les rêves




@ Patrick Lucas...

"Sache que je ne t'aime pas et que je t'aime
puisque est double la façon d'être de la vie,
puisque la parole est une aile du silence,
et qu'il est dans le feu une moitié de froid.

Moi je t'aime afin de commencer à t'aimer,
afin de pouvoir recommencer l'infini
et pour que jamais je ne cesse de t'aimer :
c'est pour cela que je ne t'aime pas encore.

Je t'aime et je ne t'aime pas, c'est comme si
j'avais entre mes deux mains les clés du bonheur
et un infortuné, un incertain destin.

Mon amour a deux existences pour t'aimer.
Pour cela je t'aime quand je ne t'aime pas
et c'est pour cela que je t'aime quand je t'aime."

Pablo Neruda / La centaine d’amour



@ Maïté ...

Le ciel remue
l'oiseau l'a effleuré
de son souffle ailé




>>>>>>>>>>> Bonne et belle nuit à vous tous
Je vous souhaite une belle semaine

Alain Gojosso a dit…

L'albatros est beau quand du ciel il peut se marelle et tirer sa rémanence...

Merci pour ce beau partage et bien à vous.