dimanche 30 juin 2013

Je m'en vais







               Je m’en vais 
                            à présent 
               pour où ?
               vers où ?
                            comment ?


               je m’en vais pleurer 
               les heures
               je m'en vais rire
               les pleurs

               l’abeille dans le cœur 
               transparence des ans 
               ténacité 
               amour 
               d’antan 

               l’alouette traverse mon âme 
               enfant je suis sur le chemin 
               rouge ma lèvre 
               grain de sel couleur mangue
               sur la langue 
               un parfum

               pliure de la page 
               mes mots sont un adieu 
               un poème en fleur 
               une offrande 
               à ceux
               qui 
               ont foulé ces pages 





à vous : merci
et belle vie


(Peinture : maria-d)

36 commentaires:

brigitte celerier a dit…

comment ne pas regretter après avoir lu cela

Gérard Méry a dit…

...ne t'en vas pas et nous refait d'aussi belles peintures

O/François a dit…

Cette mémoire du silence est entrée dans mon coeur avec force et amour
Ces temps immémoriaux, vos grandes solitudes de l'enfance ont embelli mon âme, mes jours et mes nuits
Votre adieu, votre offrande fleurie je les accepte et vous baise les mains, les pieds et parfume vos lèvres de santal et d'encens, vous m'avez fait heureux à vous lire, vous suivre et ce soir vous dites que vous partez et moi je me lamente


"Fais-nous revenir vers toi, ô Éternel, et nous reviendrons! Donne-nous encore des jours comme ceux d'autrefois!" (Lamentations 5-21)

Je suis O, je suis un, je suis deux, et François

michel, à franquevaux. a dit…

Un chant si pur ...

Anonyme a dit…

Mémoire du silence, un abandon au creux des mains au bord des lèvres une larme de mot et tu t'en vas......
Au pied de l'arbre ...les regrets ,le souffle coupé et des pensées de miel sur tes pieds qui fouleront les chemins de traverse. Bien à toi

jeanne a dit…

ne pars pas
repose toi et reviens
amitiés

Maïté/Aliénor a dit…

Maria-D
je ne sais si vous partez vraiment mais ne sommes-nous pas tous en partance? sans avoir les mots de cristal de l'enfance comme vous? Sans avoir la même bande déroulante du temps nous y prenons appui de perle en perle, de caillou en caillou, de jour en jour.
Merci.

Patrick Lucas a dit…

faut du courage et une grande foi
pour s'engager sur le chemin du silence
... il reste la mémoire
et les mots de force et de douleur

je t'écrirai

amitiés

ulysse a dit…

Merci Maria pour l'offrande moi qui foule avec plaisir ces pages

J... a dit…

"Assez vu. La vision s'est rencontrée à tous les airs.
Assez eu. Rumeurs des villes, le soir, et au soleil, et toujours.
Assez connu. Les arrêts de la vie. — Ô Rumeurs et Visions!
Départ dans l'affection et le bruit neufs!"

A. Rimbaud

♥♥♥

Belle route.
I ♥ you

arlettart a dit…

Mais la page n'est pas tournée
juste un petit arrêt
Un désir en partance
un trop plein a éparpiller
Et revenir autrement
Dis , Amie est-ce vrai
Arlette en espérance

Alain Gojosso a dit…

On dit que le Silence est d'or ! Les mots peuvent l'être également. Les vôtres assurément.

Merci encore et bien à vous.

Frederique a dit…

Tu as été si authentiquement présente dans "Mémoire du Silence", "Archives d'Atelier" et tes lectures en partage. C'est cet essentiel que je retiens. Merci.

Anonyme a dit…

"La poésie ne rythmera plus l'action, elle sera en avant"
Belle vie Maria!

mémoire du silence a dit…

A VOUS TOUS
merci pour votre belle présence, vos mots chaleureux ... votre fidélité et votre beau compagnonnage de plus de cinq ans pour beaucoup d'entre vous... je vous remercie du fond du coeur ... je ne vous oublie pas et passerai vous lire dans vos demeures.
amitiés belles et sincères

Maria-D

Bernard a dit…


J'ai eu souvent matins
fenêtre
à tes jardins

Et des fragments de jours et des moments de nuits

partages

chemins et paysages
aux êtres espérés

Venir
à demi mots
parler dans ton silence

Oser se délivrer
s'apprendre sans s'éprendre

Où es-tu Qui es-tu
Nul moins que moi le sait

Qui
pour temps
te le rend
De Toi
tu m'as donné.

A Dieu!

Laissons-nous à l'Amour. La vie s'ouvre
l'Immense.


http://archivesdatelier.blogspot.com/2009/03/le-vent-souffle-ses-mots-de-couleur.html

LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS a dit…

J'arrive pour ton départ et te souhaiter bonne route dans ton silence habité.
Que ta route sois fleurie.
Amicalement.

Roger

Estourelle a dit…

Mais alors où vous rejoindre?
les mots s'envolent
mais ne savent où se poser
y a t il une terre un lieu
où vous trouver vous écrire?
car le chemin de poèmes
jamais ne peut s'arrêter
il continue par de là
les monts et les collines
par delà les ciels
par delà les mers

merci pour votre
présence
et ce beau lieu d'amitié
que l'on sentait ici

http://lacollineauxciga.canalblog.com a dit…

Chaque chemin croise d'autres routes. Il n'y a qu'une seule route : la sienne.

dangrek a dit…

Merci Maria pour votre fidélité, votre générosité. Je vous souhaite de très heureux moments créatifs. J'espère vous retrouver une autre fois.
Bien amicalement,
Danielle

Bourrache a dit…

-
page pliée
pour un hier chiffonné
quitter l'endroit
ou la place
ou t'envoler
toi, l'enfant-oiseau,
te poser sur la lune
que ton chemin choisi
t'apporte l'émerveillement
et que jamais, là,
tes mots ne se taisent

je t'offre un sourire
-

Maïté/Aliénor a dit…

Bon vent, Maria, bonnes étoiles, mais une seule vous suffira. vous restez dans mes pensées.
Merci pour tout.

Annick B a dit…

merci de m'avoir fait découvrir et partager la poésie, et bien d'autres choses encore

pierre.b a dit…

Je ne veux pas...de ces heures en pleurs..des années en transparence..des grains de sel de couleurs..de ce retour en enfance..Je ne veux pas de ce départ..de cette abeille en plein cœur...d'un silence sans mémoire..d'un poème en fleur qui se meurt..Je veux des pages de couleur..dessins en fleurs que l'on effleure..une adresse pour mon cœur..et des rires sous les heures..
En écho et en tendresse Maria..

Laura- Solange a dit…

Merci pour ce chemin offert où nous avons marché avec vous, pour les mélodies, les peintures, les poèmes, les mots distillés...Je me sentais bien venant lire ici. Peut-être à bientôt...

O a dit…

Revenir en pèlerinage dans ce lieu de dévotion. Simplement pour se recueillir au bord de la fontaine de vos mots.
Ces lamentations sont d'une telle facture qu'on ne peut que se laisser transporter. Merci.

ulysse a dit…

Maria je n'avais pas compris que vous partiez vraiment ..vos mots vont nous manquer Je vous souhaite aussi une belle vie

Gérard Méry a dit…

merci Maria pour ces moments intimes de poésie et de peinture.

jj dorio a dit…

POUR MARIA-D



Quand on se promène, sur les feuilles d'internet, il y a mille poètes

aux noms inconnus, mais aux belles et sombres lumières,

enfantées dans la joie ou la douleur.

Je me joins aujourd'hui à la voix précieuse et singulière de Maria-D, qui poursuivra malgré son silence annoncé la quête de ce qui nous soutient :

le bonheur des mots et l'amour des gens simples - lettrés et illettrés -

qui cultivent hors du vacarme, leur jardin imparfait mais vivace.

jj dorio

Kaïkan a dit…

Oh ;-(((
Prends bien le temps pour toi, Maria ...
Je t'embrasse tendrement
Michèle

lutine a dit…

Une belle rencontre et de beaux textes en partage. Merci.

O/ François a dit…

Nous reviendrez vous un jour, une nuit.
Votre absence : un trou dans l'âme.
Alors, on relit pour combler le vide.

En amitié avec vous.

jeanne a dit…

des plaines d'or
vivantes
du pays sioux
je t'envoie un sourire
une pensée

el duende a dit…

De passage. Je ne t'oublie pas toi et ton univers tout à l fois beau et douloureux. Ou beau parce que douloureux... Hasta luego. No te vayas por completo. El duende:-))

pierre.b a dit…

" Et pour qui souhaite me suivre...."..difficile de poser ses mots sur un silence qui n'est plus..difficile de trouver un écho aux battements de cœur qui se sont tus..difficile de donner un sens à ses rêves quand ils ne sont pas lus..difficile de flirter avec des souvenirs qui vous ont émus..Je ne souhaite pas..je veux..Je veux pouvoir tourner la page et lire la suite..je veux glisser sur un toit..me froisser les ailes..et glisser dans l'océan..Je veux sentir sur mes tempes les battements du soleil..saisir avec mes lèvres les ombres et les courbes..suivre les traits et dessins de couleur..Je ne veux pas suivre..mais retrouver...Retrouver le goût d'écrire..le frémissement des pages blanches offertes..des commentaires partagés..des baisers esquissés..J'aimerais..

mémoire du silence a dit…

Cher Pierre, merci pour ce message touchant,,, si le coeur vous en dit et si vous souhaitez nous suivre cliquez ici

à bientôt j'espère
je voulais vous prévenir d'un retour mais je n'ai plus une bonne adresse
amitié

maria-d