jeudi 20 juin 2013

L'âme des marins







               J’écoute le vent 
               il rapièce les nuages 
               draps de ciel et de brume 
               une envolée de plumes 

               La tête entre les mains 
               je souffle sur les braises 
               les heures s’affolent et hurlent 
               comme des fauves pris au piège 

               Là-bas sur les vagues 
               pleure l’âme des marins 
               sanglots de lames fuselées 
               doigts tranchés   eau verte




(Peinture : Oliver Debré)

5 commentaires:

Maïté/Aliénor a dit…

Très beau poème mais heureusement, parfois les marins chantent à l'unisson du beau temps!

jeanne a dit…


les âmes des marins surfent sur les vagues
elles pleurent parfois
aux souvenirs d'avant
mais ils sont chez eux
là aussi
alors dans l'eau
verte-bleue
ils jouent et se souviennent
l'écume blanche n'est que leurs larmes

J... a dit…

Le vent souffle
les âmes vertes
tranchent les vagues
♥♥♥

j'aime cette image du vent qui rapièce les nuages

arlettart a dit…

Le vent déchire , le vent rapièce
le vent fou des espérances
à jamais englouties
Murmures dans la nuit

Patrick Lucas a dit…

les vagues emportent tout
les braises et les sanglots