mercredi 17 août 2011

Dans un carton ...


___________________
un vieux cahier d'école dans lequel j'ai retrouvé ceci : dessin et texte








_________________________________________à Paul Verlaine


Je vous bénis Poète
Maudit comme vous êtes
votre Romance Sans Paroles
est là, qui me rend folle

Je vous maudis Poète
de vouloir faire la Fête
aussi Galante soit-elle
c’est une Chanson Pour Elle










(Texte et dessin : maria-d au début des années 70)

8 commentaires:

arlettart a dit…

Déjà en promesse de Merveilles ........notre poète -amie

Frederique a dit…

Un front aussi vaste que celui de Charles B. ce qui laissait bien des espaces pour nous y glisser. Partage Maria.

Maïté/ Aliénor a dit…

Vous trempiez déjà dans un beau monde...
Incroyable!

ulysse a dit…

le vieux carton est devenu papillon ...

Anonyme A a dit…

souvent agréable de retrouver des souvenirs d'école

toute jeune et dejà du talent !!!

Neyde a dit…

Chère Maie
La vie est faite de souvenirs.
Un jour ils reviennent à la lumière.
Beau souvenir, plein d'art, est revennu.
Toujours une artiste.

jjd a dit…

Sous la lampe de nuit, ni Freud, ni Marx, ni poète
maudit. Point de "toast funèbre", "fatal emblème",
lamentations et pleurs anciens des solitaires...

Sous la lampe de nuit, l'assomption du poème
et la Joie distanciée qui sied aux éphémères...

maria-d a dit…

@ Dorio


Sur la table de nuit, ni Dieu, ni Maître, un poète
endormit. " Ô de notre bonheur, toi, le fatal emblème ! "*
se gorge et se nourrit au cœur des cathédrales

Sur la table de nuit, la naissance d’un poème
" et l'avare silence et la massive nuit. "*



* Stéphane Mallarmé