lundi 5 septembre 2011

Le jour avance

.



__________Le jour avance
__________grain de lumière entre les pierres
__________parmi les fleurs des champs _ et l’herbe des talus
__________il suit la trace des oiseaux sur les revers de la terre
__________et lèche la blessure des insectes au cœur des branches

__________Le jour avance
__________au bord du ciel _ fil de la vierge
__________dans la bouche ouverte du grand fleuve
____________ où le souffle se meut sur l'onde
____________ où le vent courbe l’échine des feuilles

__________Le jour avance
__________sombre dans les replis du monde
__________il se glisse dans la pénombre
__________dégrafe le corsage des fleurs
__________et s’agrippe au cœur des secondes

__________il est là _ il respire
__________il est là _ sur l’onde
__________miettes de lumière sur la joue de l’ange


__________alors
__________il faut
__________s'ouvrir
__________et suivre l'oiseau

__________là-bas __ où veille l’étoile
__________là-bas __ où roucoule le vent
__________là-bas __ où le soleil ruisselle


__________s'ouvrir et suivre l’oiseau
__________à la frontière du grand fleuve
__________où le souffle meurt sur l'onde

__________là-bas
__________de l'autre côté du monde

__________là-bas
__________où de grands oiseaux blancs filent la laine _ filent les jours






(Lithographie : Les oiseaux blancs / Georges Braque)

6 commentaires:

brigetoun a dit…

vais rêver des grands oiseaux blancs

pierre.b a dit…

Le jour avance..sur les ailes posé..du temps..des lumières et de la rosée..Il effleure les paupières et les pensées..se glisse sous les draps froissés..Le jour frissonne..à vos côté...Habit rouge et col ouvert sur un début de journée..on se laisse emporter..murs blancs et plancher doucement ciré..café et mie dorée..serviette de cuir grainé..et ..le contact des clés..La lumière et la rosée..lit de fougères et grille fermée..et quatres roues sur l'asphalte déroulé.."Suivre l'oiseau de l'autre côté du monde"..sous les ailes blanches..s'enrouler..et filer ses rêves comme "filent les jours"..dans le ciel étiré..Le jour avance..et les ombres des ailes projetées..et la plume en acier transformée..sous les feux croisés.."s'agripper au coeur des secondes"..pour ne pas se noyer dans la journée qui blanchit..

if6 a dit…

vols millénaires des grands oiseaux blancs qui remontent vers la clarté du jour.
Tendres pensées Maria ;)

jeanne a dit…

le jour avance
et tu écris bien ces moments fragiles
le jour
ferme les portes de la nuit
pas encore celles des rêves
il avance
c'est un jour neuf
plein de promesses
amities

Maïté/ Aliénor a dit…

Chez vous
Le jour s'avance et vibrille l'oiseau
frissonne l'arbre, s'incendie le feuillage
répondent les heures palpitantes
au rythme fou du non vieillissement
là-haut s'ouvre le jour dans l'éventail
où vos oiseaux dessinent les nuages
qui un à un goûtent à la marche du temps.
C'est beau Maria.

maria-d a dit…

@ brigetoun …

Furent-ils grands ?
Furent-ils beaux ?
ces rêves



@ pierre.b … merci beaucoup Pierre pour votre belle contribution … en écho :

Les ailes du jour rose de lumière
effleurent le froissé des paupières

Frisson en habit rouge au col de la journée
cire de pain et mie d’or sur le mur
serviette et grain de rosée à la clé

Lit fermé aux fougères déroulées
oiseau d’asphalte aux ailes blanches
rêves filés … jour étiré … ciel en filet

Feu croisé de plumes et d’acier
les ombres projetées au cœur des secondes
pour ne pas se noyer dans le bol de lait



@ if6 … de ces temps anciens venus du fond de la terre, vers la pleine lumière
… et à toi douce vie



@ jeanne … les rêves passent à travers les portes fermées, ils sont là au creux de l’oreille, du cœur et de l’œil … âme bleue de l’enfant éternel

amitié



@ Maïté … merci Maïté pour votre enthousiasme
Le non-vieillissement, comme cette chose sonne bon à mon oreille… sa musique est si douce

Merci Maïté que vos jours vous soient doux aux rythmes des oiseaux