samedi 21 avril 2012

Marée









               Au milieu du chenal
               un rêve de brise
               et de verdure sauvage
               de dunes   de garigue
               et de sentiers étroits
               piétinés par la foule
               civilisation cannibale

               La lune est ronde 
               libre    à l’œil clair
               rimmel aux cils
               joues pleines et roses
               oreille ouverte
                         en un éclair
               la nuit l’entoure
               travail du ciel
               noir le silence
               dans cette artère
               bouillonne        l’eau-mer

               Bateau fantôme
               un spectre de pierre
               se glisse derrière les îles
               tel un nomade à l’œil éther

               Dimanche de trêve
               le cœur en transe
               se dresse et tinte
               la bouche ouverte
               l’âme           sur la main
               une racine …






(Photo : maria-d)

10 commentaires:

brigetoun a dit…

et c'est beau

camille a dit…

"fille verte, mon spleen" . c'est beau , oui.

Beau WE et votez bon.

Patrick Lucas a dit…

tant de flux !
c'est magnifique

le vent souffle fort
en ce dimanche
journée cannibale

if6 a dit…

dans le coeur!
Bon dimanche Maria

ulysse a dit…

Je vois les fleuves comme les racines des nuages....

Maïté/ Aliénor a dit…

Le fleuve étend sa chevelure
dans les nœuds de verdure.
Calme noue des sons de rêve
se dessinent des notes.
Une île de jour comme de nuit
à cheval sur la rupture
le voile opaque versé de l'amont.

O a dit…

"Au commencement, il était seul dans l'île"

J. Poulain (Les grandes marées)

Frederique a dit…

Tant qu'il y a une racine

maria-d a dit…

@ brigetoun ...

merci



@ camille ...

Et la référence me trouble…
Voter, oui j’ai voté… bien, bon ??? nous avons la chance d’être libre



@ Patrick Lucas ...

Flux de sable mouillé et d’odeur forte des marées



@ if6 ...

Dans le cœur douze oiseaux ce dimanche



@ ulysse ...

oh ! comme l’image est belle : "les racines des nuages" … une belle image pour ces vagabonds sans racines



@ Maïté ...

Merci Maïté pour vos jolis mots

En écho :
Chevelure verte
aux rêves des îles
et des nuits de ruptures

le cheval largue les voiles
sur le fleuve en amont
un dessin se profile



@ O ...

Puis, ils sont arrivés affamés, destructeurs de beauté !!!
(heureuse de vous revoir)



@ Frederique ...

Il y a la vie… ;-))

Estourelle a dit…

Langue de sable
palais des dune
chemin de vie
parfois s'enfonce
parfois nous emporte

Vers où ?