mercredi 9 mai 2012

Elle [1]



 




               Elle est femme des limbes   nue

               à la fenêtre du ciel         et
               simple mortelle         cratère
               des roses claires        éclose
               elle est taiseuse   silencieuse
               secrète au plus intime
               à sa tempe de sel      un grain
               la rumeur du sable
                          la plainte du rivage

               le fil d’or        de la vierge






(Peinture : Galatée (détail) / Gustave Moreau)

10 commentaires:

w. a dit…

c'est très beau Maria
je te souhaite une bonne journée

camille a dit…

"Oui, je l'ai vue de cet œil unique, œil précieux

Que n'es-tu au nombre des vivants de mon âge "

Idylles de Théocrite
(Les chanteurs bucoliques)

François a dit…

Elle est femme et beauté
Elle est de celles que l'on aimerait toucher
aimer
Calice clair de roses écloses

Frederique a dit…

Entre la tempe de lait et la tempe de sel s'écoulent les ans.

jeanne a dit…

peut être qu'à la fenêtre du ciel
le silence s'impose ...
belle journée Marie

Frederique a dit…

Je vois (1), j'espère (2)

Patrick Lucas a dit…

de la rumeur du sable
éclosent les roses
parfois

Gérard Méry a dit…

mignonne allons voir si la rose, aurait dit..

arlettart a dit…

Impalpable et rêveuse
je suis l'air qui frôle les espaces
Je ne suis que ce que tu désires ...

maria-d a dit…

@ w. ...

Merci à toi, c’est si difficile pourtant…
Belle nuit



@ camille ...

Merci beaucoup chère Camille ceci m’a fait faire de belles recherches… ;-))



@ François ...

Elle est femmes , alors… ;-))



@ Frederique ...

Des ans bien beaux…bien beaux…



@ jeanne ...

Non seulement il s’impose, mais il est nécessaire…



@ Frederique ...

2, et jamais 2 sans 3



@ Patrick Lucas ...

Brouhaha de pétales et de brisures…



@ Gérard Méry ...

Un certain Ronsard…



@ arlettart ...

Attention, attention … ne pas n’être que… mais être… ;-))