mardi 6 novembre 2012

Un sourire oublié







               Un geste    une allure   un sourire oublié 
               au fond de soi une course folle   un cœur serré 
               les enfants sautent   et jouent dans l’eau 

               dans mon œil   une image   écriture d’hier 
               une histoire de paupières et de pupille rayée 
               idéal   cérébral            la lune frémit 
               et enveloppe la nuit de son châle d’oubli 

               luisance dans le cou de la nuit étoilée 
               rires et larmes des enfants enfermés 
               dans des cages dorées 




(Peinture : Enfants dessinant / Pablo Picasso)

12 commentaires:

Estourelle a dit…

Ce temps volé
où l'on essaie de capter la vie

En marge et présent dans le mot
on se tient sur là

"Au fond de soi une course folle "
Autour de soi la vie qui frémit

...et ces instants d'écriture qui nous tiennent

jeanne a dit…

qui fait la cage ?
même si elle est dorée ?

Peindre d'abord une cage
avec une porte ouverte
peindre ensuite
quelque chose de joli
quelque chose de simple
quelque chose de beau
quelque chose d'utile
pour l'oiseau
placer ensuite la toile contre un arbre
dans un jardin
dans un bois
ou dans une forêt
se cacher derrière l'arbre
sans rien dire
sans bouger...
Parfois l'oiseau arrive vite
mais il peut aussi bien mettre de longues années
avant de se décider
Ne pas se décourager
attendre
attendre s'il faut pendant des années
la vitesse ou la lenteur de l'arrivée de l'oiseau
n'ayant aucun rapport
avec la réussite du tableau
Quand l'oiseau arrive
s'il arrive
observer le plus profond silence
attendre que l'oiseau entre dans la cage
et quand il est entré
fermer doucement la porte avec le pinceau
puis
effacer un à un tous les barreaux
en ayant soin de ne toucher aucune des plumes de l'oiseau
Faire ensuite le portrait de l'arbre
en choisissant la plus belle de ses branches
pour l'oiseau
peindre aussi le vert feuillage et la fraîcheur du vent
la poussière du soleil
et le bruit des bêtes de l'herbe dans la chaleur de l'été
et puis attendre que l'oiseau se décide à chanter
Si l'oiseau ne chante pas
c'est mauvais signe
signe que le tableau est mauvais
mais s'il chante c'est bon signe
signe que vous pouvez signer
Alors vous arrachez tout doucement
une des plumes de l'oiseau
et vous écrivez votre nom dans un coin du tableau

mon premier copier coller !!!
belle belle journée

jeanne a dit…

en commentaire !!!!

Neo a dit…

Derrière les yeux
derrière les rayures
l'esprit libre rejoint les étoiles

Jean a dit…

" Un geste une allure un sourire oublié
au fond de soi une course folle un cœur serré "

Oui , à la fois magique et douloureux !

jeandler a dit…

Souvenir de Matisse
pour le dessin et pour les bleus

LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS a dit…

Les idées caracolent, s’arrondissent, se délitent dans l'oubli. L'instantané d'une pensée colle l'hier avec le temps présent et nous livre ce billet avec la fraicheur d'un poème.
C'est très beau.

Roger

Frederique a dit…

"au fond de soi", on n'oublie rien, on oblitère, peut-être, mais l'impression, parfois indéchiffrable,intraduisible, reste collée à l'un de nos sens. On n'y voit rien, mais on entend encore.

sido a dit…

Il a suffit d'un air d'une mélodie
D' un dessin, abandonné, retrouvé
Dans la malle aux souvenirs étouffés
et le coeur se déchire, cogne l'absence subie

arlettart a dit…

Le temps n'efface rien
et dans les yeux les mots perlent infiniment

Gérard Méry a dit…

l'enfance une assise plus ou moins présente qui s'enfonce dans l'oubli tout doucement.

maria-d a dit…

@ Estourelle ...

Qui nous tiennent et nous subliment…



@ jeanne ...

Un oiseleur très certainement



@ Neo ...

et embrasse l’univers entier



@ Jean ...

L’un ne va pas sans l’autre la plupart du temps



@ jeandler ...

Picasso était un génie mais aussi un coucou



@ LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS...

Merci à vous pour votre regard d’expert ;-)



@ Frederique...

et l’on continue à vivre jusqu’au bout



@ sido ...

Ce sont de grandes émotions où le cœur s’emballe, s’écorche et explose de bonheur



@ arlettart...

Pour l’éternité et cela depuis le premier jour



@ Gérard ...

Elle persiste Gérard, elle persiste




>>>>>>>> Grand merci à vous tous passants d'ici et d'ailleurs
que votre coeur soit toujours bercé par les rires de l'enfance
beau et bon jour