mercredi 19 décembre 2012

Amies







               Amies
               de noces brumes 
               et de poussière d’écume 
               les ailes de l’ange s’ouvrent 
               en un flot de lumière 
               le jour est en plein ciel 

               Tricot de laine 
               au soir des lassitudes 
               couleurs de sable 
               et de pluies diluviennes 
               au cœur du poème 

               Les enfants courent 
               sur l’arête du temps 
               ils giflent la lune 
               rousses sont ses joues 
               pleines 
               au détour de la nuit 
               l’or du temps 

               et la jeunesse ancienne




(Peinture : Les pierreuses / Pablo Picasso)

8 commentaires:

jeanne a dit…

mon amitié là
entre le bleu
ami

Neo a dit…

j'irai avec eux
courir
sur l'arête du temps
giflé la lune rousse
et m'envelopper du vent
pour étreindre la nuit

arlettart a dit…

Et sur les épaules du temps
le bleu du ciel s'est assombrit
en une lassitude
infinie

jeanne a dit…

pensées tendres maria
toute mon amitié
tes mots portent loin
plus loin

Gérard Méry a dit…

jeunesse bleue qui doit plaire à Jeanne

maria-d a dit…

@ jeanne ...

Des mots blues
bleus de l’âme
pensées à toi à vous je ne sais plus si l’on se tutoie



@ Neo ...

Oui Néo ne les lâchons pas
il n’y a qu’eux de vrai
courons courons
après eux



@ arlettart ...

Une pelure
Un châle de soi

Arlette il m'est de nouveau très difficile de circuler chez vous



@ Gérard ...

Très certainement
le bleu lui sied à merveille

jeanne a dit…

tu !!! on se dit tu !!

lutine a dit…

Une osmose qui me retient, certainement l'arête du temps si bien exprimée