jeudi 20 octobre 2011

Colores

.




Colores del mundo
como llamas
claridades del alba

Colores del alma
como luces
donde hay queda y silencio

Colores del cielo
como nubes
espuma de mar que amo

Colores del mar
como gritos
extrañas naves marchando lejos

Colores de niebla
como sábanas blancas
en la cama de la poesía



Silencios y secretos
luz roja que todo lo convierte en sangre






(Peinture : Slave-ship / Joseph Mallord William Turner)

16 commentaires:

brigetoun a dit…

que me gusta

mémoire du silence a dit…

Une traduction pour ceux qui n'ont pas la chance de Brigetoun ...


Couleurs du monde
comme flammes
clartés de l’aube

Couleurs de l’âme
comme lumières
où il y a quiétude et silence

Couleurs du ciel
comme nuages
écume de la mer que j’aime

Couleurs de la mer
comme cris
étranges navires partant loin

Couleurs de brume
comme draps blancs
dans le lit de la poésie

Silences et secrets
Rouge lumière qui convertit tout en sang




>>>> muchas gracias Brigitte

jeandler a dit…

Et ces couleurs
chantaient dans ses yeux ...

w. a dit…

Les couleurs que nous offre le monde et que tu nous offre à ton tour
merci Maria
Bisous un peu frais ...

Neyde a dit…

A mi me gusta mas en español.
Siempre la belleza acá!

Esto és muy bello y poetico:

Colores de niebla
como sábanas blancas
en la cama de la poesía

Para ti Maria:

Colores del corazón
como fuego en el alma
como llamas en los ojos

Besos mi amiga

pierre.b a dit…

Couleur de la terre...des silences..des nuages..des vagues..et de la brume..sur une même page..dans un coin de notre âme..sur le toit d'un navire..Couleur de l'air..des murmures..de l'écume..d'un parfum..d'un baiser..sur un doux rivage..dans un angle de notre coeur..sur le lit d'une rivière..
Pensées..maria-d..merci pour ces moments de respiration...j'aime bien quand les mots se croisent..se décroisent...fil de soie..et douceur d'elle..et s'envolent les nuages..

maria-d a dit…

@ jeandler …

Des mots bleus qu’on dit avec les yeux …




@ w. …

“Yellow is the colour of my true love's hair
In the mornin' when we rise,
In the mornin' when we rise,
That's the time, that's the time,
I love the best.

Blue's the colour of the sky
In the mornin' when we rise,
In the mornin' when we rise.
in the mornin' when we rise.
That's the time, that's the time
I love the best.

Green's the colour of the sparklin' corn
In the mornin' when we rise,
In the mornin' when we rise.
in the mornin' when we rise.
That's the time, that's the time
I love the best.

Mellow is the feeling that I get
when I see her, mm hmm,
when I see her, uh huh.
That's the time, that's the time
I love the best.

Freedom is a word I rarely use
Without thinkin', mm hmm,
Without thinkin', mm hmm,
Of the time, of the time
When I've been loved.”


http://www.youtube.com/watch?v=9EPfyID0nZ4




@ Neyde …

La cosa fue pensada en español
entonces suena mejor te lo concedo

gracias amiga mia por tus palabras del corazón y tus colores de ternura
un abrazo fuerte




@ pierre.b …


Couleur ocre de l’argile
de la terre et de la mer
du ciel et de la démesure

lambeaux de brume
et pierres écrites
sur les ratures de la plage

Couleurs du temps
des chuchotements
et de la brise sur le rivage

Couleurs pas sages
baiser d’écume
poudre d’hier
le cœur ouvert
parfums d’hiver

à pierre.b
une pensée
émerveillée

un mot respire
l’autre s’étire
se touchent
se froissent
et se défroissent

douceur de l’île
le rêve s’envole

Bernard a dit…

Il
fait Résonner
Son parfum
dans mon Coeur

Oh!
Mon âme chèvrefeuille...

J... a dit…

¡ Que bonito !


♥♥♥

maria-d a dit…

@ Bernard …

Une île beauté
au cœur parfumé
résonne en couleurs


je suis heureuse de te relire cher Bernard.



@ J♥♥♥ …
¡ Que bonito !

gracias y abrazito

ulysse a dit…

Maria ne connaissant pas l'Espagnol j'ai cependant apprécié ce poème auquel mon imagination a donné un sens créé par la sonorité des mots. J'ai ensuite découvert la traduction dans les commentaires mais je n'y retrouve pas la musique espagnole !

François a dit…

Colores = Couleurs

"L'étoile a pleuré rose au coeur de tes oreilles,
L'infini roulé blanc de ta nuque à tes reins
La mer a perlé rousse à tes mammes vermeilles
Et l'Homme saigné noir à ton flanc souverain."


Arthur Rimbaud


Se laisser bercer et oublier le reste.

pierre.b a dit…

Il..elle..résonnent en couleur..jolis mots en plein coeur...Bernard et maria-d..pour le plaisir d'un rêveur...

Maïté/ Aliénor a dit…

Colores y palabras llenas de poesía.
Me gustan tambíen colores del mar
Y del alba profundo, palabras del corazón.
Hace tantos años que ya no sé escribir
en castellano pero que bonito leerlo.
Muchas gracias, Maria

maria-d a dit…

@ Ulysse … Comme je l’ai dit à Neyde,
cette chose a été pensée en espagnol,
donc il est normal qu’elle sonne mieux…
et même sans connaitre la langue vous l’avez senti.



@ François … merci beaucoup pour ce magnifique quatrain
typiquement rimbaldien, où l’on peut y voir un culte à la femme…
en écho je vous offre ceci du même Rimbaud :

Un hydrolat lacrymal lave
Les cieux vert-chou :
Sous l'arbre tendronnier qui bave,
Vos caoutchoucs

Blancs de lunes particulières
Aux pialats ronds,
Entrechoquez vos genouillères
Mes laiderons !

Nous nous aimions à cette époque,
Bleu laideron !
On mangeait des oeufs à la coque
Et du mouron !

Un soir, tu me sacras poète,
Blond laideron :
Descends ici, que je te fouette
En mon giron ;

J'ai dégueulé ta bandoline,
Noir laideron ;
Tu couperais ma mandoline
Au fil du front

Pouah ! mes salives desséchées,
Roux laideron,
Infectent encor les tranchées
De ton sein rond !

0 mes petites amoureuses,
Que je vous hais !
Plaquez de fouffes douloureuses
Vos tétons laids !

Piétinez mes vieilles terrines
De sentiment ;
- Hop donc ! soyez-moi ballerines
Pour un moment !..

Vos omoplates se déboîtent,
0 mes amours !
Une étoile à vos reins qui boitent,
Tournez vos tours !

Et c'est pourtant pour ces éclanches
Que j'ai rimé !
Je voudrais vous casser les hanches
D'avoir aimé !

Fade amas d'étoiles ratées,
Comblez les coins !
- Vous crèverez en Dieu, bâtées
D'ignobles soins !

Sous les lunes particulières
Aux pialats ronds,
Entrechoquez vos genouillères,
Mes laiderons !

A.Rimbaud



@ pierre.b …

et Elle a bonheur à vous croiser tous les deux en sa demeure



@ Maïté …

A mí también me cuesta escribir español, lo hablo y lo leo corrientemente, escribirlo me es más difícil… muchas gracias Maïté por tus colores

Gérard a dit…

silences assourdissants