mardi 25 septembre 2012

Fin







               Le livre se referme
               ses mots se mêlent
               retournent d’où ils viennent
               en file indienne
               gorgés d’encre et de pensées humaines
               les mots se taisent
               se désagrègent
               consonnes et voyelles
               s’en vont à tire d’aile
               vers le grand large

               silence des pages




(Collage : Nicolas de Staël)

10 commentaires:

Patrick Lucas a dit…

il y a dans les mots
entre les lettres
un lieu de silence
dans lequel le lecteur s'immisce
en silence...

Alain Gojosso a dit…

La fin.. ou l'Éternel recommencement ?

Bien à vous.

arlettart a dit…

et se recomposent autrement, ces mots qui nous habitent

Gérard Méry a dit…

des mots sans fin

jeandler a dit…

" L'écriture est là où je ne suis plus "

Pascal Quignard, Les désarçonnés.

Frederique a dit…

Tes silences, écrits, dits, ponctués et dessinés, un langage avec des espaces pour respirer, notre respiration, la tienne, tu ne peux pas laisser les soupirs nous éteindre, que dis-je, nous étreindre sans pouvoir dire, tu fus notre langue, notre traductrice, notre interprète, c'est épuisant, je sais, mais ne nous abandonne pas.

maria-d a dit…


@ Patrick Lucas ...

Une noire
deux blanches
et un silence



@ Alain Gojosso ...

Un cycle



@ arlettart ...

Un modelage et remodelage



@ Gérard Méry...

Ni loi !! ;-)



@ jeandler ...

Quelle belle citation pour dire la mémoire en quelque sorte
merci



@ Frederique ...

qui parle d'abandon ???

Anonyme a dit…

"L'automne, déjà ! - Mais pourquoi regretter un éternel soleil, si nous sommes engagés à la découverte de la clarté divine, - loin des gens qui meurent sur les saisons."

maria-d a dit…

@ Anonyme ...

" Oui, l'heure nouvelle est au moins très sévère."

jeanne a dit…

les mots des livres
nous prennent nous caressent
puis nous les laissons
mais certains nous habitent à jamais
en silence